40e pèlerinage des pères de famille

Cotignac 2016

  • Nom raphael

  • Sujet temoignage d'un petit papa qui a beaucoup reçu ...

  • Message - JEUDI - Départ de Millery à 18h00. Je me hâte, défait et refait mon sac pleins de fois pour être sûr de n'avoir rien oublié ! Mon premier pèlerinage ! De quoi dormir, de quoi boire et manger, une petite pharmatie au cas où ... de l'eau, un maillot de bain car on m'a dit qu'il y avait une trempette en route et bien sûr mes intentions de prières de tout ceux que j'aime, à confier à St Joseph... Après une belle messe et une bénédiction spéciale pélerin, je me sentait comme partant en croisade. On avale un dernier repas avec femme et enfants pleins d'estime pour nous... Et voilà, quatres voitures remplies de papas, en route vers des lieux inconnus... Minuit passé, faut se dépêcher, on descend de voiture dans une forêt, j'avais bien sûr, oublié la lampe de poche, on jette le tapis de sol dans un endroit avec le moins de cailloux possible à tâton et c'est l'envol de la première nuit... - VENDREDI - Réveil joyeux, avec tout les papas souriants que j'avais vus la veille au dîner famillial. Un grand et beau jour se levais. Après un petit déjeuner rapide, je suis les anciens jusqu'à un monastère qui était à deux pas de notre lieu d'aterrissage... Il était très beau, tout en briques rouges, entièrement rénové par les soeurs qui y vivaient. Nous sommes montés dans l'édifice sur une sorte de mezzanine qui surplombait une grande église où les soeurs chantaient les audes matinales devant un autel surélevé où une colombe flottais. Leur chant mélodieux était très touchant et nous ont mis dans les Bonnes Grâces du Seigneur dès le matin. Ensuite nous prîmes la route par petits groupes de 7 ou 8 accompagnés de nos frère Brignairot. Traversée de paysages magnifiques, des vignobles impecables rhytmés par nos chants et louanges. Quelle surprise de se retrouver tous devant un barrage naturel d'une belle rivière et finalement à barboter dans cette belle eau vivifiante ! Le poid des premiers km est déjà oublié ! À midi, pique-nique près d'une petite source fraîche qui nous offre le plein des gourdes. Et après une petite sieste nous revoilà en chemin, rassasiés et le coeur joyeux ! Après quelques km nous prenons le temps de méditer un texte d'évangile et d'apprendre à mieux se connaître aussi... quelques gouttes de pluie nous raffraîchissent et nous permettent de finir cette marche le pied léger. Et nous voilà arrivés au camp pour la nuit, près d'une belle chapelle "St Barnabé". Là j'entend derrière qu'il y a une cascade géante où on peut se baigner et se laver avant la messe ! Et nous revoilà tous en maillot de bain à plonger dans un lagon surplombé par cette immense et belle cascade ! Autant dire qu'il n'y avait plus de papas, mais que des p'tits garçons surexités ! Et une fois tout propres et détendus on a vécu une très belle messe célébrée par notre père Bruno où on a pu à tour de rôle rendre grâce pour notre famille qu'on aime tant ! Ça a été un moment très fort qu'on a partagé tous ensemble. J'irais me coucher heureux avec mes enfants tout au chaud dans mon coeur. - SAMEDI - après un réveil humide à souhait dû à la rosée du matin, un petit déjeuner rapide et un temps de prières tous ensemble, nous revoilà partis sur les chemins... ce matin a été beaucoup plus dur spirituellement pour moi que la veille... beaucoup de doutes, de questions, de troubles... et grâce à mes frères de route, leur soutient, leur écoute, leurs conseils et leur savoir, je retrouve cette motivation encore plus forte qu'auparavant et me voilà en tête du groupe à chanter les mystères ! Je fus enthousiaste comme jamais, porté par tout mes grands frères au long de cette journée où les kms ont étés insignifiants. Je me souviens à peine de la pause déjeuner tellement la suite de la journée a été bouleversante et forte pour moi. On arrive enfin au lieu saint où St Joseph est apparu à un petit berger ;qui était en train de mourir par la soif; pour lui indiquer une source, sa source !Un petit bouton poussoir à l'abri d'un rocher, une statue de St Joseph tenant notre Jésus dans ses bras dans uns des murs du monastère édifié en son honneur et pleins de gericanes d'eau; recueillie par les soeurs qui veillent sur leur source, à l'intention des papas assoiffés. Je me désaltère de cette sainte source, je remplis queques bouteilles pour ramener aux miens, je m'en passe sur mes genoux endoloris par notre marche et mon métier. Et puis je m'agenouille près de St Joseph et je commence à lire mes intentions de prière récoltées auparavant parmis les miens... Et là, tout se brouille, plus possible de lire mes prières tellement les yeux sont remplits de larmes, tellement mon coeur déborde de l'Amour que je reçoit, que je ressent de St Joseph... Je n'ai jamais ressenti une telle joie et tant d'émotions en même temps que je me retrouve là, tout petit, agenouillé devant le saint père nourricier à pleurer de bonheur pour tout les être qui me sont si chers... Je crois que mes frères de route m'ont demandé de les suivre, mais à ce moment là, je ne pouvais plus bouger, plus partir, plus lire, seulement recevoir la grâce que je n'avait même pas rêvée, imaginée, souhaitée, que notre seigneur était en train de m'offrir, à moi ! Moi qui suis séparé, moi qui ait tant pêché, moi qui connait si peu notre Seigneur... et j'étais là comblé de grâce ! J'ai oublié le temps et l'espace, pendant un moment. Et puis, mes frères sont revenus me chercher et m'ont fait l'honneur de me laisser porter la bannière de notre St Blandine jusquà l'église quelques km plus bas, où il y a eu aussi des apparitions de notre St Marie. J'ai senti tellement de fierté de papa; à porter notre petite sainte Blandine à sa mère notre St Vierge et je l'ait sentie tellement bien à ses pieds..... (nous devrions trouver un petit coin dans unes de nos églises pour lui rendre grâce. ) Nous étions arrivés sur le lieu final, où tout les papas de France se retrouvaient dans la paix et la fraternité. Je passe les détails sur le dortoir en plein aire et les douches communes à 1500 papas, mais tout c'est passé dans une parfaite sérénité et une grande amitié!!!! époustouflante ! Et nous avons célébré la sainte messe tous ensemble... un prêtre a été choisi au dernier moment par le cardinal présent, afin qu'il n'ait pas le temps de préparer de serment et que toutes ses paroles soient guidées par l'esprit saint ! Et quelle serment, quel moment, toutes ses paroles ont étées tellement prenantes, tellement bouleversantes, tellement enrichisantes et pensantes que chaque papa présent a senti les larmes monter de leur coeur à leurs yeux... On a tous étés pour un instant sous l'action de grâce... c'était merveilleux. Ensuite nous avons fait un diner un peu plus copieux car nous avions récupéré quelques victuailles laissées dans les voitures jeudi soir Mais finalement personne n'avait faim, tellement nous étions nourris par notre foi ! Puis le soir s'est couché sur une veillée en plein air, mélangée de chants et de temps de réconciliation. Et puis la nuit fut dédiée à l'adoration où chacun pouvait venir à tour de rôle veiller le Christ... je n'ai jamais ressenti sa bienfaisance mais j'ai essayé quand même un peu... mon ange gardien m'a bien réveillé à l'heure mais j'ais dû tellement lutter pour rester éveillé que l'expérience ne s'est pas révellée concluante pour moi... J'avais déjà tellement reçu aussi ! - DIMANCHE - Ça y est dimanche pointe ses rayons de soleil, avec sa grande messe en plein air, les mamans et enfants qui arrivent retrouve un mari, un père, Mais plus le même homme, un homme plus grand, un homme plus solide, un homme débordant d'Amour et de bienveillance pour sa famille adorée. Avant la messe, une procession avec le Christ en tête nous ramènent à la source de St Joseph. Quelle joie de porter notre belle bannière, je la tiens du bout des bras le plus haut possible vers le ciel tellement je suis fier de porter notre petite fille sur les pas du Christ... Et puis j'ai plus du tout mal aux genoux ! Arrivée au lieu saint je suis le Christ jusqu'à la chappelle du monastère pour un moment d'adoration bannière en main ! Je m'agenouille et là, comme la veille me voilà frappé de l'esprit du Christ, de St Joseph, tellement fort, tellement indesciptible ! Uns de mes frères de route me met la main sur l'épaule, pour me dire qu'il est là pour moi, qu'il m'aime, qu'il me soutient et je le voit fondre en larmes aussi ! Merci Seigneur pour toutes ces grâces, tout ces moments si forts ! Permet nous de les refaire jaillir sur le monde ! Permet nous de les garder toujours, de ne jamais oublier ces instants si précieux... Le reste de cette journée a été marquée de retrouvaille et de séparation aussi... retrouvailles de nos familles, et séparations de nos frères mais je crois qu'une fraternité très forte est née et que c'est quelque chose de très beau. Pour finir j'ajouterais que je suis parti avec vingts frères : père Bruno, Bruno, Christophe, Thierry, Pascal Emanuel, Jean, Christophe, Thierry, Pierre Olivier, Filippe, Eric et tout les autres papas dont j'ai oublié le prénom. Et au fur et à mesure du chemin, nos âmes se sont élevées et arrivées à Cotignac. J'étais plus avec 20 frères, mais 20 saints. Merci Seigneur pour ce miracle inoubliable. Une anecdote personnelle: en rentrant chez moi, Je rallume mon portable que j'avais pris soin de ne pas emmener et je découvre un texto de ma petite soeur qui me demande de rajouter une intention de prière pour son fils qui est tombé subitement très malade... Je l'appelle aussitôt et elle m'explique qu'il a beaucoup de fièvre et qu' une prise de sang a révélé un taux de globules blancs presque inexistants... je fonce direct chez elle, même pas douché. Là, je vais faire une prière dans la chambre du petit coleen et je lui laisse unes de mes précieuses bouteilles d'eau de source et un chappelet de St Joseph près du lit ...sa maman elle est en larmes. Et puis je prend des nouvelles chaques jours, et continue bien sûr à prier notre St Joseph... son état va de mieux en mieux et le jeudi suivant, la prise de sang montre un retour à la normale... Merci Seigneur, merci St Joseph ! Amen.

Le Pape François annonce un « Jubilé de la Miséricorde »

 

 

Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Eglise catholique célébrera une Année Sainte extraordinaire. Ce « Jubilé de la Miséricorde » débutera par l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception et se terminera par la solennité du Christ Roi.

 

L’annonce d’une Année Sainte extraordinaire a été faite à l’occasion du deuxième anniversaire de l’élection du Pape François, durant l’homélie de la célébration pénitentielle par laquelle le Saint-Père a lancé l’initiative « 24 heures pour le Seigneur ». Proposée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, celle-ci promeut dans le monde entier l’ouverture extraordinaire des églises pour inviter à l’adoration du Saint-Sacrementet la célébration du sacrement de réconciliation. Le thème de cette année est tiré de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens : « Dieu riche en Miséricorde  » (Ephésiens 2,4)

 

Pendant le Jubilé, les lectures pour les dimanches du temps ordinaire seront tirées de l’Evangilede saint Luc, « l’évangéliste de la miséricorde ». Dante Alighieri le qualifia de « scriba mansuetudinis Christi », « narratore della mitezza del Cristo ». Sont très connues, dans l’Evangile de Luc, les 3 paraboles de la miséricorde: la brebis égarée, la drachme perdue, le père miséricordieux.

 

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR RECEVOIR LA GRÂCE DE L’INDULGENCE PLÉNIÈRE ?

 

- Le désir profond de véritable conversion,

 

- Un pèlerinage dans une église jubilaire de l’Année Sainte avec une réflexion sur la miséricorde et le passage de la Porte de la Miséricorde,

- la profession de foi (Credo) 

la prière pour le Saint Père et ses intentions (Prière du Jubilé ci dessous),

- le Sacrement de la Réconciliation (reçu dans les jours qui précèdent ou qui suivent la démarche jubilaire),

- la participation à l’Eucharistie (communion à la messe)

- Accomplir personnellement une ou plusieurs œuvres de miséricorde, corporelles ou spirituelles

 

Pour les personnes malades ou âgées et seules : 

 

« vivre avec foi et espérance joyeuse ce moment d’épreuve, en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, également à travers les divers moyens de communication »

 

Pour les personnes détenues : 

 

« dans les chapelles des prisons, elles pourront obtenir l’indulgence et, chaque fois qu’elles passeront par la porte de leur cellule, en adressant leur pensée et leur prière au Père, puisse ce geste signifier pour elles le passage de la Porte Sainte, car la miséricorde de Dieu, capable de transformer les cœurs, est également en mesure de transformer les barreaux en expérience de liberté. » « Enfin, l’indulgence jubilaire peut être obtenue également pour les défunts. Nous sommes liés à eux par le témoignage de foi et de charité qu’ils nous ont laissé. De même que nous les rappelons dans la célébration eucharistique, ainsi, nous pouvons, dans le grand mystère de la communion des Saints, prier pour eux afin que le visage miséricordieux du Père les libère de tout résidu de faute et puisse les accueillir dans ses bras, dans la béatitude qui n’a pas de fin. »

Il y a quatorze œuvres de miséricorde : sept corporelles et sept spirituelles.

Corporelles : 


1) donner à manger à ceux qui ont faim,
2) donner à boire à ceux qui ont soif,
3) vêtir ceux qui sont nus.
4) accueillir les étrangers,
5) visiter les malades,
6) visiter les prisonniers,
7) ensevelir les morts.

Spirituelles :

1) conseiller ceux qui sont dans le doute,
2) instruire les ignorants,
3) exhorter les pécheurs,
4) consoler les affligés,
5) pardonner les offenses,
6) supporter patiemment les défauts des autres,
7) prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

Les œuvres de miséricorde corporelles sont pour la plupart tirées de l’énoncé du Seigneur lorsqu’il décrit le Jugement Dernier. 

L’Église énonce les œuvres de miséricorde spirituelle à partir de textes bibliques et des attitudes personnelles du Christ : le pardon, la correction fraternelle, la consolation, la souffrance endurée, etc.

PRIÈRE DU PAPE FRANÇOIS


POUR LE JUBILÉ EXTRAORDINAIRE DE LA MISÉRICORDE*

 

Seigneur Jésus-Christ, 
toi qui nous a appris à être miséricordieux comme le Père céleste,
et nous as dit que te voir, c’est Le voir,
montre-nous ton visage, et nous serons sauvés.
Ton regard rempli d’amour a libéré Zachée et Matthieu de l’esclavage de l’argent,
la femme adultère et Madeleine de la quête du bonheur à travers les seules créatures ;
tu as fais pleurer Pierre après son reniement,
et promis le paradis au larron repenti.
Fais que chacun de nous écoute cette parole dite à la Samaritaine comme s’adressant à nous :
Si tu savais le don de Dieu !

Tu es le visage visible du Père invisible,
du Dieu qui manifesta sa toute-puissance par le pardon et la miséricorde :
fais que l’Eglise soit, dans le monde, ton visage visible, toi son Seigneur ressuscité dans la gloire.
Tu as voulu que tes serviteurs soient eux aussi habillés de faiblesse
pour ressentir une vraie compassion à l’égard de ceux qui sont dans l’ignorance et l’erreur :
fais que quiconque s’adresse à l’un d’eux se sente attendu, aimé, et pardonné par Dieu.

Envoie ton Esprit et consacre-nous tous de son onction
pour que le Jubilé de la Miséricorde soit une année de grâce du Seigneur,
et qu’avec un enthousiasme renouvelé,  ton Eglise annonce aux pauvres la bonne nouvelle
aux prisonniers et aux opprimés la liberté,
et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue.

Nous te le demandons par Marie, Mère de la Miséricorde,
à toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles.
Amen.

Texte de la prière téléchargeable en PDF

 

Les intentions du Pape pour 2016

JANVIER 2016


Universelle : Dialogue interreligieux et paix
Pour que le dialogue sincère entre les hommes et les femmes de différentes religions porte des
fruits de paix et de justice.

Pour l'évangélisation : Unité des chrétiens
Pour qu'avec la grâce de l'Esprit Saint, les divisions entre chrétiens soient surmontées par le
dialogue et la charité chrétienne.

FEVRIER 2016

Universelle : Respect de la création
Pour que nous prenions soin de la création, reçue comme un don gratuit, en la cultivant et la
protégeant pour les générations futures.

Pour l'évangélisation : Peuples d'Asie et foi chrétienne
Pour qu'augmentent les opportunités de dialogue et de rencontre entre la foi chrétienne et les
peuples d'Asie.

MARS 2016

Universelle : Familles en difficulté
Pour que les familles en difficulté reçoivent le soutien nécessaire et que les enfants puissent
grandir dans un environnement sain et serein.

Pour l'évangélisation - Chrétiens persécutés
Pour que les chrétiens, discriminés ou persécutés à cause de leur foi, gardent la force dans les
épreuves et la fidélité à l'Evangile grâce à la prière incessante de toute l'Eglise.

AVRIL 2016

Universelle : Petits exploitants agricoles
Pour que les petits exploitants agricoles reçoivent une juste rémunération pour leur travail
précieux.

Pour l'évangélisation : Chrétiens d'Afrique
Pour que les chrétiens d'Afrique témoignent de l'amour et de la foi en Jésus-Christ au milieu des
conflits politico-religieux.

MAI 2016

Universelle : Les femmes dans la société
Pour que dans tous les pays du monde les femmes soient honorées et respectées, et que soit
valorisée leur contribution sociale irremplaçable.

Pour l'évangélisation : Prière du Rosaire
Pour que la pratique de la prière du Rosaire se diffuse dans les familles, les communautés et les
groupes, pour l'évangélisation et pour la paix.

JUIN 2016

Universelle : Solidarité dans les villes
Pour que les personnes âgées, les marginaux et les personnes seules trouvent, même dans les
grandes villes, des occasions de rencontre et de solidarité.

Pour l'évangélisation : Séminaristes et novices
Pour que les séminaristes, et les novices religieux et religieuses, rencontrent des formateurs qui
vivent la joie de l'Evangile et les préparent avec sagesse à leur mission.

JUILLET 2016

Universelle : Respect des peuples indigènes
Pour que soient respectés les peuples indigènes menacés dans leur identité et leur existence
même. 

Pour l'évangélisation : Mission continentale en Amérique latine
Pour que l'Eglise de l'Amérique Latine et des Caraïbes, à travers sa mission continentale, annonce
l'Evangile avec un élan et un enthousiasme renouvelés.

AOUT 2016

Universelle : Sport et fraternité
Pour que le sport soit l'occasion d'une rencontre fraternelle entre les peuples et contribue à la
paix dans le monde.

Pour l'évangélisation - Vivre l'Evangile
Pour que les chrétiens vivent l'exigence de l'Evangile en donnant un témoignage de foi,
d'honnêteté et d'amour envers leur prochain.

SEPTEMBRE 2016

Universelle : Pour une société plus humaine
Pour que chacun contribue au bien commun et à la construction d'une société qui mette la
personne humaine au centre.

Pour l'évangélisation : Mission d'évangélisation des chrétiens
Pour que les chrétiens, en participant aux sacrements et en méditant l'Ecriture, soient toujours
plus conscients de leur mission d'évangélisation.

OCTOBRE 2016

Universelle : Journalistes
Pour que les journalistes, dans l'exercice de leur profession, soient toujours conduits par le respect
de la vérité et un réel sens éthique.

Pour l'évangélisation :Journée missionnaire mondiale
Pour que la Journée Mondiale des Missions renouvelle dans toutes les communautés chrétiennes
la joie et la responsabilité de l'annonce de l'Evangile.

NOVEMBRE 2016

Universelle : Pays accueillant des réfugiés
Pour que les pays, qui accueillent des réfugiés et déplacés en très grand nombre, soient soutenus
dans leur effort de solidarité.

Pour l'évangélisation - Collaboration prêtres et laïcs
Pour que dans les Paroisses, prêtres et laïcs collaborent au service de la communauté sans céder à
la tentation du découragement.

DECEMBRE 2016

Universelle : Enfants soldats
Pour que soit éliminé partout dans le monde le scandale des enfants soldats.

Pour l'évangélisation : Peuples d'Europe et Evangile
Pour que les peuples d'Europe redécouvrent la beauté, la bonté et la vérité de l'Evangile qui
donnent à la vie, joie et espérance.

 

Sources et plus d'informations

Que votre âme trouve sa joie
dans la miséricorde du Seigneur 

 

 

 

Ecclésiastique 51, 29

 

 

Chers amis pèlerins du Sanctuaire Notre Dame de Grâces,

 

 

"Que votre âme trouve sa joie dans la miséricorde du Seigneur" (Si. 51,29),

 

tel est le thème des pèlerinages que nous recevons bien sûr de l'église en ce jubilé de la miséricorde. Notre pape François en a fait sa devise pour son pontificat : "miserando atque eligendo"  (le regardant avec miséricorde, il l'appela), et c'est une intention de vie que nous pouvons nous aussi accueillir, cette année, en communion avec lui. Dans le texte qui annonce cette année jubilaire "Miserocordiae vultus", le pape nous invite d'abord à contempler la Miséricorde Divine. La contempler dans le Christ, visage qui nous révèle la miséricorde de Dieu, la contempler dans la Trinité, la contempler en nous nourrissant de la parole de Dieu qui nous la révèle.

 

Trop abstrait ? C'est plutôt nous qui ne sommes pas assez concrets. La contemplation chrétienne est ce qu'il y a de plus concret. C'est le réalisme divin le plus grand de notre vie, de notre prière, de nos intentions, de nos choix et de nos actes. Cette contemplation est une source de joie, de sérénité et de paix. Elle nous met sur le chemin du salut, car elle est la découverte et l'accueil de la Miséricorde, acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde divine est toute puissante et efficace. Elle est le propre de Dieu qui met sa Toute Puissance au service de sa miséricorde (St Thomas). Renouvelons notre foi dans la miséricorde du Père. Ne doutons pas de sa miséricorde. Toute notre vie, nous serons comme le fils prodigue, à revenir vers notre Père du Ciel. Et lui nous attends. Il veille notre retour. Malgré notre péché, notre misère, notre indignité, ne nous laissant même pas terminer notre confession, vite, il nous prend dans ses bras, nous couvre de baisers, nous revêt du plus beau vêtement, fait tuer le veau gras, et nous fait entrer dans la danse et dans la fête. (Luc 15,11) "Dieu dansera pour toi avec des cris de joie" (Sophonie 3,17). Telle est la miséricorde du Père, impatiente, débordante, toute puissante, qui nous relève, nous restaure, qui fait de nous des fils bien-aimés, qui nous donne sa joie et son Amour infini.

 

Apprenons aussi, comme le pape nous y invite, à contempler la miséricorde, très concrètement, comme "la loi fondamentale du cœur de chaque homme qui jette un regard sincère sur son frère". Dès qu'un homme de bonne volonté fait preuve de bienveillance, d'amour, de compassion, quel qu'il soit, quelle que soit son origine, sa condition, son histoire, sa religion, ouvrons les yeux ! réveillons notre intelligence et notre foi ! sachons reconnaître la miséricorde de Dieu à l'œuvre dans le cœur des hommes ! Le souhait de notre pape François, c'est que, durant cette année jubilaire, l'église et donc chacun de nous, nous soyons des témoins de la miséricorde. "Que vôtre âme trouve sa joie dans la miséricorde du Seigneur". Et le Siracide d'ajouter : "Ne rougissez pas de la louer" (Si 51,30) La louer par notre bouche, notre prière et nos chants et aussi et surtout par nos actes. "Annonce tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa grande miséricorde". Soyons miséricordieux, comme notre Père du ciel est miséricordieux (Lc 6,36), d'une vraie miséricorde, divine, puissante, d'une miséricorde qui assume la pitié et la justice sans les opposer. Une miséricorde qui est attentive aux plus grandes misères. La pitié a ses limites. Nous nous apitoyons de ce qui nous émeut, nous blesse, nous touche dans notre sensibilité. Cela est bon mais peut aussi nous empêcher de découvrir des misères et des souffrances plus cachées. Par exemple, je vais être très attentif à la misère physique d'un malade pour le soigner, sans voir qu'il souffre bien d'avantage moralement de sa solitude, de ses doutes, de ses inquiétudes ...

 

 

La miséricorde divine va me rendre attentif à toutes ces misères et faire que ma pitié s'étende à toutes ces souffrances, sans en ignorer aucune. Jésus a eu pitié des hommes à cause de leurs souffrances physiques mais aussi et surtout à cause de leur solitude et de leur ignorance. "Il eut pitié d'eux parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger"(Mt 9,36). "Il eu pitié de cette foule et se mit à l'enseigner longuement"(Mc 6,34). Une miséricorde forte et efficace. Là encore, nous pouvons nous contenter de la pitié, pleurant avec ceux qui pleurent, mais ne bougeant pas le petit doigt pour les relever de leur misère. Nous pouvons même enfermer l'autre dans la misère en l'assistant généreusement, mais sans lui donner les moyens de se relever et de retrouver son autonomie et sa dignité. La miséricorde, quand elle est divine, s'appuie sur la justice en l'assumant et en l'accomplissant. Ne tombons pas dans les pièges habituels qui consistent, soit à confondre la justice et la miséricorde, soit au contraire à les opposer. Un petit exemple pour illustrer cela. Comme enseignant, en Afrique, des enfants qui avaient fait une bêtise, me disaient  souvent : "mon père, il faut me pardonner". Sans mélanger ni opposer miséricorde et justice, je leur répondais : "je te pardonne parce que je t'aime bien et que je n'ai rien contre toi, mais tu accomplis ta punition, parce que c'est juste par rapport à ce qui était convenu avec toi et tes camarades". Il y a bien des manières d'exercer la miséricorde. La miséricorde d'un papa est différente de celle d'une maman ou de celle des grands-parents ...

 

Ne comparons pas, n'opposons pas. Et surtout n'opposons jamais la miséricorde, la pitié et la justice. C'est la charité qui donne la mesure. Cherchons à aimer, sous le souffle de l'Esprit Saint, et à être miséricordieux comme notre Père est miséricordieux, chacun à notre manière, avec pitié et avec justice, et surtout avec Amour.

 

 

Frère François.

Recteur du Sanctuaire Notre Dame de Grâces

 

 

© 2023 by COMMUNITY CHURCH. Proudly created with Wix.com